Silencing the Guns in Africa by 2020: How Can we get there?

Dear Friends;

Invited by the Chair of the Peace and Security Council of the African Union, I have had the opportunity today, to address the Council, to share my analysis and contributions on the implementation of the AU Master Road-map on Practical Steps to Silencing the Guns in Africa by 2020.

The Master Road-map rightly and comprehensively identified the challenges that our continent is facing in terms of conflicts. It also proposed pertinent and useful steps and mechanisms to silence the guns. However, the Road-map seems a bit generic in its approach. It needs to set targeted priorities for ongoing active & intense conflicts with benchmarks & time-frames, while keeping our eyes open on volatile areas & potential or at-risk situations.

Pic blog

After looking at the various sources of conflicts in Africa my presentation proposed:

  • Complementary contributions on priority actions
  • Some additional modalities for mobilizing & actions
  • Some important additional steps and missing elements

The Council, further in their close session,  followed a number of my proposals including the setting up of a panel of imminent personalities to monitor the Roadmap for silencing the guns by 2020.  This includes assessing regularly the state of  democracy,  human rights and rule of law in Africa. The Council called on the Heads of State to set up such a panel.

Get the PSC Statement here

You can download my presentation to the Council here

If you have trouble in downloading it, drop me a line on assogbavi@me.com; I will send you the file.

pic...2

The International Criminal Court or the African Union: Who can Ensure Justice for African Victims?

La version en Français ici

I spent several years of my professional career working on human rights and justice first as the Founder and Chairperson of Juris-Club, then as Commissioner at the National Commission of Human Rights following my election by the Parliament of Togo, then as Outreach Liaison for Africa at the Global Coalition for the International Criminal Court in New York among others … The conflict between the African Union and the ICC therefore interests me in several respects but especially as African and a human rights lawyer; therefore I would like to share here some personal reflections on the different episodes of the serial “ICC versus the African Union”.

The International Criminal Court: The Basics

The creation of the International Criminal Court is an important step in mankind’s efforts to make our world more just. The court was established by an international law treaty “The Rome Treaty” adopted in 1998 and entered into force in 2002. The ICC covers only the most serious crimes, including genocide, war crimes, crimes against humanity and the crime of aggression, and this, only when States are unable or unwilling to judge these crimes themselves. The Court may be seized by a State Party, the Prosecutor and the United Nations Security Council. The Statute of the Court applies equally to all, without any distinction based on official capacity. In particular, official capacity as a Head of State or Government, a member of a Government or parliament, an elected representative or a government official shall in no case exempt a person from criminal responsibility under the ICC Statute (…): Article 27.

The Place of Africa in the ICC

Africa is the geographical bloc the most represented in the ICC. 124 countries are currently Parties to the Statute of the International Criminal Court: Africa: 34, Asia and the Pacific: 19, Eastern Europe: 18, Latin America and the Caribbean: 28, Western Europe and others: 25. The judges of the Court are equally from all regions of the world. Out of the 18 judges of the court 4 are Africans: Kenya (vice-president), Nigeria, DRC, and Botswana. Moreover, the prosecutor of the Court is Gambian.

Is the ICC targeting Africa or African leaders only?

To date, the ICC has opened investigations in 9 countries, out of which 8 are in Africa: Uganda, DRC, Sudan, CAR, Kenya, Libya, Cote d’Ivoire and Mali. This clearly demonstrates that the ICC operates primarily in Africa and it is true that today Africa is not the only continent where crimes of the ICC jurisdiction are committed… But did you know how and why this concentration of the ICC on Africa happened?

First, it was Ugandan President Yoweri Museveni who the first referred the situation in the Northern Uganda to the ICC in January 2004 against his opponent Joseph Kony and the Lord’s Resistance Army; a brutal armed group. Then it was the Government of DRC under President Joseph Kabila who referred the situation in the country to the ICC. This was followed by the Governments of Central Africa Republic (CAR) and Mali, who themselves referred the situation of their  countries to the ICC. In 2003, before even formally ratifying the ICC treaty, the government of Laurent Gbagbo had officially recognized the jurisdiction of the Court over its country, Cote d’Ivoire.

In short, the governments of 4 of the 8 African countries under investigation have themselves referred these cases to the ICC (Uganda, DRC, CAR, and Mali). The prosecutor of the ICC opened investigations on her own initiative in 2 countries with their full cooperation (Kenya, Cote d’Ivoire) and the UN Security Council had seized the court in two cases (Sudan and Libya).

It is therefore obvious from this observation that African leaders went to the ICC first (mostly against their opponents) and not the other way round  … but why? …Why are they against the ICC today?

Did African leaders understand the ICC differently?

In 2004, President Museveni seized the ICC against his opponent Joseph Kony and the Lord’s Resistance Army … But during the investigations there were indications that Uganda’s National Army may have also committed crimes under the jurisdiction of the ICC, and therefore may be liable to be tried by the ICC with an eventual involvement of President Museveni himself…. ‘No way!!!’ said President Museveni … the ICC suddenly became his enemy….Frankly, once you call the ICC to investigate a situation in your country  you can’t  dictate them which crime to look at and which to close their eye on in the same situation…This is simply an instrumentalisation of the Court.

In 2003, even before formally ratifying the ICC treaty, Côte d’Ivoire government of Laurent Gbagbo had officially recognized the jurisdiction of the ICC … Laurent Gbabo was likely targeting his political enemies … but the power has changed camp so far… It was therefore President Allassane Ouatarra who delivered Gbagbo to the ICC on the basis of the same special recognition signed by Gbagbo himself.

In 2004, President Joseph Kabila used the ICC to get rid of some embarrassing alleged criminals, but he was also delighted to see his political challengers Jean Pierre Bemba carried away by the ICC in a case linked to the CAR.

In 2004, the Government of Francois Bozize lodged a case with the ICC against war crimes and crimes against humanity allegedly committed in the context of the violence in the CAR between 2002 and 2003

So, here are only the cases of Sudan and to a certain extent that of Libya that have escaped the control of the country where ICC investigation are taking place. Therefore, is the ICC targeting Africa or African leaders? Judge it yourself!

But why does not the ICC take care of the others?

Despite the above, this question is worth asking. I personally support on-going ICC investigations in Africa because innocent Africans have been massacred by Africans with the support and the blessing of other Africans regardless of whether they are Heads of State, Vice-President or otherwise. Their official functions do not confer on them the right to massacre citizens. Indeed, the status of the ICC does not recognize the official status of anybody … this is the innovative and progressive aspect of the court, in favour of the victims.

Why does the ICC delaying to take concrete actions in favour of Iraqi, Palestinian, Syrian, and Afghani … victims? (Even if some of those countries are currently under preliminary investigation)… The answers to this question are unfortunately not as “just” as one would like: Because these countries are not party to the ICC Statute, or because one or several powerful countries endowed with veto power in the UN Security Council would certainly oppose it for unfair reasons that we all know… In fact, only 2 of the 5 permanent members of the UN Security Council are parties to the ICC: France and the United Kingdom.

Many unanswered questions on the ICC: Why does the ICC always go for the defeated rather than the victors who are also guilty of crimes such as in Côte d’Ivoire and maybe in the CAR and the DRC? Why is it that only the United Nations Security Council has the power to refer cases to the Court and even to temporarily stop investigations of the Court while this Council is the most unequal and the least representative institution in our world? Why do they oppose the UN General Assembly exercising the same power?

These questions and many others obviously weaken the credibility of the ICC but … who is responsible for it and who must correct it?

A Collective Withdrawal from the ICC by African Countries?

The ICC has problems, it is true, but I do not think that these problems justify the entire war launched against the Court by the African Union. Atrocities are actually committed, Africans are massacred by other Africans and there is no functional mechanism to date in Africa to punish the perpetrators of these international crimes and to do justice to the victims. With regard to Africa, the ICC is therefore the only functional judicial mechanism on this day to try these crimes.

The so-called “mass withdrawal strategy” of the AU is rather a document that indicates the grievances and demands of the African Union on the ICC and its functioning in particular the fact that the court targets only African leaders, the issue of immunity of the Heads of State and the request of the African Union to suspend the cases against Sudanese and Kenyan leaders. This document adopted by the last AU Summit also includes a study of national procedures for an eventual individual withdrawal of member states from the Court. “Collective withdrawal” from a treaty is an incorrect language. It does not exist in international law. The African Union may just be using it as an instrument of political pressure to catalyse changes in the ICC.

Is not the ICC a common heritage that should help us to create a more just world? All nations, including African nations and their stakeholders, must work together to improve the ICC. Abandoning it or leaving it should not be an option … and I am pleased that a number of African countries have entered reservations on the “mass withdrawal strategy” during the AU Summit discussions. I have just learned that Gambia, which had previously announced its withdrawal from the ICC, has changed its mind. The government has just informed the United Nations that Gambia remains a state party to the ICC Treaty. Good news !

A mass withdrawal of African countries from the ICC would be a shame, a terrible contempt for African victims and an encouragement for criminals and their supporters… I know it will not happen. In fact 17 AU member states rejected the strategy… This is a terrible failure for the minority that initiated it.

The African Court of Human and Peoples’ Rights: An African Solution?

The slogan “African Solutions for African Problems” is beautiful but it will only convince me under two conditions: 1/the bill of the African solution must also be paid by  Africa (I recall that Africa did not pay the bill of  Hissen Habré trial) and 2/ universal human rights and justice standards must be applied because human rights and  justice principles have no nationality or regional identity. They are simply and unequivocally universal.

Having said this, the body that ensures justice does not matter if justice is fair and equitable. But the reality is that the African Court of Human Rights today has only a “promise” of criminal jurisdiction. This means that the court has no jurisdiction over international crimes at this time and I do not see any political will from our countries to make it happen any time soon. Almost 20 years after the adoption of the Protocol that established the African Court of Human and Peoples’ Rights (with no criminal jurisdiction) only 30 African States out of 54 ratified it. Moreover the amended protocol giving criminal jurisdiction to the Court has not been ratified by any African state, 2 years after its adoption in Malabo. The worst is that the Malabo Protocol ensured immunity for heads of state during their tenures. I consider this provision as an “authorization to kill” while on power and an “encouragement” to cling on power forever in order  to be protected against prosecutions…  The observation is clear: Withdrawing from the ICC before an African court is able to judge and punish serious and heinous crimes is simply guarantying impunity and abandoning the victims. This is against the spirit of the Constitutive Act of our African Union.

I also invite you  to read my interviews on the ICC  with Radio France Internationale and Le Monde Newspaper on the following links:

http://www.rfi.fr/afrique/20170209-cour-penale-internationale-union-africaine-liaisons-ambigues-retrait-collectif

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/02/03/l-afrique-veut-elle-vraiment-en-finir-avec-la-cour-penale-internationale_5074120_3212.html

Your comments are welcome on the blog or by email: assogbavi@me.com

La Cour Pénale Internationale ou l’Union Africaine : Qui Peut Rendre Justice aux Victimes Africaines ?

English version here

J’ai passé plusieurs années de ma carrière professionnelle à travailler sur les droits de l’homme et la justice d’abord en tant que fondateur et président du Juris-Club, puis  Membre de la Commission Nationale des Droits de l’Homme du Togo à la suite de mon élection par l’Assemblée Nationale du Togo et ensuite comme Officier de Liaison pour l’Afrique de la Coalition pour la cour pénale internationale  à New York entre autre…Le conflit entre l’Union Africaine et la Cour pénale internationale (CPI) m’interpelle donc à plusieurs égards mais surtout en tant qu’Africain épris de justice.

Je vous propose dans les lignes qui suivent des réflexions personnelles sur les différents épisodes du feuilleton « CPI contre Union Africaine ».

L’Essentiel de la Cour Pénale Internationale (CPI)

La création de la Cour Pénale Internationale est un pas important dans les efforts déployés par l’humanité pour rendre notre monde plus juste. La cour a été créée par un traité de droit international « Le Traité de Rome » adopté en 1998 et entré en vigueur  en 2002. La CPI ne vise que les crimes les plus graves notamment le génocide, les crimes de guerres, les crimes contre l’humanité, et le crime d’agression et ce, seulement lorsque les Etats ne sont pas en mesure ou n’ont pas la volonté de juger ces crimes eux même. La Cour peut être saisie par un état partie, le procureur et le Conseil de Sécurité des Nations Unies. Le Statut de la Cour s’applique à tous de manière égale, sans aucune distinction fondée sur la qualité officielle. En particulier la qualité de chef d’État ou de gouvernement, de membre d’un gouvernement ou d’un parlement, de représentant élu ou d’agent d’un État, n’exonère en aucun cas de la responsabilité pénale au regard du Statut (…) : Article 27.

La Place de l’Afrique dans la CPI

L’Afrique est le bloc géographique le plus représenté à la CPI. 124 pays sont présentement États Parties au Statut de la Cour pénale internationale : Afrique : 34, Asie et Pacifiques : 19, Europe Orientale : 18, Amérique Latine et Caraïbes : 28, Europe Occidentale et autres : 25. Les juges de la cour proviennent équitablement de toutes les régions du monde. Des 18 juges de la cour 4 sont Africains : Kenya (vice-présidente), Nigeria, RDC, Botswana. Par ailleurs, la procureure de la cour est Gambienne.

La CPI vise-t-elle particulièrement l’Afrique ou les Leaders Africains ?

A ce jour la CPI a ouvert des enquêtes dans 9 pays dont 8 en Afrique : Ouganda, RDC, Soudan, RCA, Kenya, Libye, Cote d’Ivoire, Mali.  Ceci démontre clairement que la CPI opère essentiellement en Afrique et il est vrai qu’aujourd’hui l’Afrique n’est pas le seul continent ou les crimes relevant de compétence la CPI sont commis mais saviez- vous comment et pourquoi est-on arrivé à cette concentration des activités de la CPI en Afrique ?

D’abord c’est le Président Ougandais Yoweri Museveni  qui a été le premier Chef d’Etat à saisir la CPI de la situation au Nord de l’Ouganda en Janvier 2004 contre son opposant Joseph Kony et l’Armée de Résistance du Seigneur, un groupe armé particulièrement violent et responsable d’atrocités. Ensuite c’est le gouvernement de la RDC sous le Président Joseph Kabila qui a saisi la CPI de la situation dans son pays. S’en sont suivi les gouvernements de la République Centrafricaine, et du Mali qui ont eux aussi saisi la cour de la situation dans leur pays respectifs. En 2003, avant même de ratifier formellement le traité de la CPI le gouvernement de Laurent Gbagbo avait officiellement reconnu  la compétence de la CPI sur son pays, la Cote d’Ivoire.

En bref, les gouvernements de 4 des 8 pays africains sous enquête ont eux-mêmes saisi la CPI (Ouganda, RDC, RCA, Mali). La procureure de la cour a ouvert des enquêtes de sa propre initiative dans 2 pays avec la pleine coopération de leurs gouvernements (Kenya, Cote d’Ivoire) et le Conseil de Sécurité des Nations Unis avait saisi la cour dans 2  autres cas (Soudan et   Libye).

Il est donc évident eu égard à ce constat   que ce sont les leaders Africains qui sont allés vers la CPI et non pas le contraire… mais pourquoi ? Et pourquoi sont – ils contre la Cour aujourd’hui ?

Les Leaders Africains avaient-ils compris la CPI autrement ?

En 2004, le Président Museveni avait saisi la CPI contre son opposant Joseph Kony et  l’Armée de Résistance du Seigneur… Mais au cours des enquêtes il y eu des indices selon lesquelles l’Armée régulière de l’Ouganda (UPDF) aurait aussi commis des crimes relevant de la compétence de la Cour, et donc susceptible d’être jugés par la CPI avec des possibilités d’implication du Président Museveni lui-même…. Pas question !!! selon Museveni… la CPI devient du coup son ennemi juré ….Franchement, une fois que vous appelez la CPI pour enquêter sur une situation dans votre pays, vous ne pouvez pas lui dicter quels crimes regarder et sur quels crimes fermer les yeux dans la même situation … Ceci serait  une instrumentation de la Cour.

En 2003, avant même de ratifier formellement le traité de la CPI, le gouvernement de Laurent Gbagbo avait officiellement reconnu  la compétence de la Cour sur son pays, la Cote d’Ivoire… Laurent Gbabo visait vraisemblablement ses ennemis politiques… mais le pouvoir avait changé de camp par la suite, c’était donc le Président Allassane Ouatarra qui livra Laurent Gbagbo à la CPI sur la base de la même reconnaissance spéciale signée par Gbagbo lui-même.

En 2004, Joseph Kabila s’est servi de la CPI pour se débarrasser de certains criminels de guerres présumés et gênants mais il s’était certainement aussi réjoui de voir son challengers politique Jean Pierre Bemba emporté par la CPI dans une affaire liée à la RCA.

En 2004 le Gouvernement de Francois Bozize avait saisi la CPI contre  des crimes de guerre et crimes contre l’humanité qui auraient été commis dans le contexte des violences en République Centrafricaine entre 2002 et 2003.

Il n’y a donc que le cas du Soudan et dans une certaine mesure,  celui de la Libye qui ont échappé au contrôle du pays en question. La CPI vise-t-elle l’Afrique ou les leaders Africains ? Jugez-en vous-même !

Mais pourquoi la CPI ne s’occupe-t-elle pas des autres ?

Malgré ce qui précède, cette question vaut la peine d’être posée. Je soutiens personnellement toutes les enquêtes de la cour en Afrique car des innocents africains  ont été effectivement massacrés par des africains sous des ordres et avec le soutien d’autres Africains peu importe  si les présumés  coupables sont Chefs d’Etat, Vice-Président ou autre. Leurs fonctions officielles ne leur confèrent pas le droit de tuer ou de faire massacrer les citoyens. D’ailleurs le statut de la CPI ne reconnait pas la qualité officielle de qui que ce soit… c’est cela même le coté innovateur  de la CPI et ce, en faveur des victimes.

Pourquoi la CPI tarde à agir concrètement en faveur des victimes Irakiennes, Palestiniennes, Syriennes, Afghanes… ? (Même si certains de ces pays sont présentement sous enquête préliminaires)… les réponses ne sont malheureusement pas aussi « justes » qu’on le souhaiterait : Parce que ces pays ne sont pas parties au statut de la CPI, ou encore parce qu’un ou plusieurs pays puissants dotés du droit de veto au Conseil de Sécurité s’y opposeraient certainement pour des raisons injustes que nous connaissons tous… En effet seuls 2 des 5 membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies sont parties à la CPI : la France et le Royaume Uni.

Beaucoup de Questions sans Réponses : Pourquoi la CPI ne s’attaque le plus souvent qu’aux vaincus et non pas aux vainqueurs qui seraient aussi coupables de crimes comme en côte d’Ivoire  et peut être en RCA et en RDC ?  Pourquoi c’est au Conseil de Sécurité des Nations Unies seulement qu’il est donné  le droit de référer des cas à la Cour  et même de différer des enquêtes de la Cour  alors que ce Conseil est l’institution la plus injuste et la moins représentative de notre monde ? Pourquoi s’oppose-t-on à ce que l’Assemblée Générale des Nations  Unies exerce ce même pouvoir ?

Ces  questions et bien d’autres affaiblissent évidement la crédibilité de la CPI mais… qui en est responsable et qui doit et la corriger ?

Un Retrait Collectif de la CPI par l’Afrique ?

La CPI a des problèmes, il est vrai, mais je ne pense pas que ces problèmes  justifient toute la guerre déclenchée contre la Cour par l’Union Africaine. Des atrocités sont effectivement commises, des Africains sont massacrés  en masse par d’autres Africains et il n’existe aucun mécanisme fonctionnel à ce jour pour punir les coupables de ces crimes internationaux et rendre justice aux victimes. En ce qui concerne l’Afrique, la CPI est donc le seul mécanisme juridictionnel fonctionnel en ce jour pour connaitre de ces crimes…

Comme son nom ne l’indique pas, la soi-disant « stratégie de retrait collectif » de l’Union Africaine est plutôt un document qui énumère les griefs et revendications de l’Union Africaine contre la CPI et son fonctionnement  notamment le fait que la Cour ne cible que les leaders Africains, la question de l’immunité des Chefs d’Etat et la demande de l’Union Africaine, adressée au Conseil de Sécurité  de suspendre les poursuites contre les dirigeants Soudanais et Kenyans. Le document, adopté par le dernier Sommet de l’Union comporte aussi une étude des procédures nationales  de retrait individuel éventuel d’Etats membres de l’UA.  Le «retrait collectif» d’un traité est un abus de langage. Il n’existe pas en droit international. L’Union Africaine l’utilise peut être comme un instrument de pression politique pour catalyser des changements à la CPI…

Mais la CPI n’est-elle pas un patrimoine commun qui doit nous aider à créer un monde plus juste ? Toutes les nations y compris africaines et leurs composantes ne doivent-elles pas œuvrer ensemble pour l’améliorer ? L’abandonner ou la quitter ne doit pas être une option… et je me réjouis du fait qu’un certain nombre  de pays Africains aient émis des réserves sur le texte lors des débats au cours du dernier Sommet.

Je viens même d’apprendre que la Gambie qui avait précédemment annoncé son retrait de la CPI a changé d’avis. Le gouvernement vient d’informer les Nations Unies que la Gambie reste bel et bien état partie au Statut de la CPI. Bonne nouvelle !

Un retrait en grand nombre des pays Africains de la CPI serait une honte, un mépris terrible pour les victimes Africaines et un encouragement pour les bourreaux et potentiel bourreaux…   je sais que cela n’arrivera pas.

La Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples : Une Solution Africaine ?

Le Slogan « Solutions Africaine aux Problèmes Africains » est bien beau mais il ne me convainc qu’a deux conditions : La facture de la solution africaine doit être aussi payée  par l’Afrique (je rappelle  que l’Afrique n’avait pas payé la facture du procès de Hissen Habré) et les normes universelles des droits de l’homme et de justice doivent être appliquées car les droits de l’homme et les principes de justice n’ont pas de nationalité ou d’identité régionale . Ils sont simplement universels.

Ceci étant dit, l’organe qui rend la justice importe peu si cette justice est juste et équitable mais la réalité est que la Cour Africaine des Droits de l’Homme n’a en ce jour qu’une « promesse » de compétence pénale. Ce qui veut dire qu’elle ne peut pas connaitre des crimes internationaux  en ce moment et je ne vois aucune volonté politique de la part de nos états de le concrétiser bientôt. Presque 20 ans après l’adoption du Protocol de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (sans compétence pénale)  seuls 30 Etats Africains sur 54 l’on ratifié. Par ailleurs le protocole amendé  donnant compétence pénale à  la Cour n’a été ratifié en ce jour par aucun état africain, 2 ans après son adoption à Malabo. Le constat est donc clair : Se retirer de la CPI avant qu’une cour Africaine soit capable de juger et punir les crimes graves c’est tout simplement garantir l’impunité et mépriser les victimes. Ce qui est encore navrant est que le Protocole de Malabo consacre l’immunité des chefs d’état dans l’exercice de leur fonction, même pour des crimes internationaux. Je considère cela non seulement comme « un permis de tuer » sans soucis d’être inquiété  mais aussi une incitation pour les dictateurs de s’accrocher indéfiniment au pouvoir. Ceci est aussi contraire à l’Acte Constitutif de notre Union Africaine.

Je vous invite aussi à lire mes interviews sur Radio France Internationale  et le journal Le Monde sur le même sujet à partir des liens suivants :

http://www.rfi.fr/afrique/20170209-cour-penale-internationale-union-africaine-liaisons-ambigues-retrait-collectif

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/02/03/l-afrique-veut-elle-vraiment-en-finir-avec-la-cour-penale-internationale_5074120_3212.html

Vos commentaires sont les bienvenus sur le blog ou par email : assogbavi@me.com

Political Crisis in The Gambia: Scenarios of the Next Days

French version here: https://assodesire.com/2017/01/17/crise-politique-en-gambie-les-scenarios-des-prochains-jours/

On the 19th January 2017 the presidential term of Yahya Jammeh should end after his electoral defeat that he officially recognized before changing his mind a few days later. The man who took power by force 23 years ago persists in his refusal to hand it over to his rival Adama Barrow, the winner of the elections, and currently in “exile” in Senegal. Jammeh certainly counts on his army and especially on the new Generals that he has just made in the rush … He may also be counting on his “magic” powers.

Adama Barrow now has the support of the international community including the African Union, the UN and a significant number of Western partners.

ECOWAS is determined to make the Jammeh case a historic precedent that would give a strong signal to Africa that nothing will be the same in the region going forward. ECOWAS is supported by the African Union in its hard line: “Yahya must leave power or be driven out by force.”

All the indicators are showing that the prior dialogue initiated by ECOWAS is unlikely to succeed before 19th January 2017 when Jammeh will have no constitutional legitimacy.

Morroco is now  trying hardly to persuade Jammeh and his family to leave Banjul as soon as possible. A special mission sent by King Mohamed VI is currently in Banjul.

I am sharing possible scenarios for the next few days:

Scenario 1: Yahya Jammeh persists… On 19th January, Yahya Jammeh remains on power in the Gambia and prevents the swearing in of Adama Barrow to happen, defying ECOWAS. Either he relies on the army to remain in power, or the army re-seizes the power, taking the power vacuum as an excuse and re-entrusts it to its leader, Yahya Jammeh. The killings and forced disappearance continue in the army and within the political class, the media, human rights defenders and even among the civilian population.

ECOWAS intervenes militarily with the green light of the UN Security Council (this is not guaranteed in view of the current political and ideological tension between permanent members of the Council) and the political support of the African Union. Because of the lack of sophisticated equipment and other means such as intelligence, intervention takes time to materialize. There is a big loss of human life on both sides, and there is division and retaliation in the armed forces, within civilian populations as well as in the political class. In his wickedness Jammeh  orders the execution/killing of those who do not support him and creates chaos… this is the biggest risk of an military intervention.

Yahya Jammeh manages to escape or is arrested to be tried. Despite his resistance the Gambian army ended up capitulating. Adama Barrow takes power but there is a lot of death. A bitter victory…

Scenario 2: The Gambian army drops Jammeh: Like some of the members of Jammeh’s government, the Gambian army drops Jammeh close to the deadline and pledges allegiance to Adama Barrow. There is less damage … This is my most preferred scenario… A coup d’etat against Jammeh is not to be excluded either.

Scenario 3: Adama Barrow swears in at Gambian Embassy outside the country: In this case, he becomes the legitimate Head of State and has the power to solicit the military intervention of ECOWAS  without going through the UN Security Council … then we have some of the outcomes of Scenario 1…

Scenario 4: Yahya Jammeh leaves the country by the 19th January for a known or unknown destination…Adama Barrow, supported by ECOWAS, is inaugurated in Gambia and takes office. There is still a serious risk of revenge and witch-hunting among the population and the army. In this case Barrow has the responsibility to strongly call for unity and threaten to prosecute those who will be guilty of attacks on their fellow citizens. A big step is marked towards democracy. ECOWAS takes more authority and legitimacy. People are looking for Jammeh to prosecute him…

Which scenario is most likely to happen? … Share your opinion with me on the blog.

 

Crise Politique en Gambie: les Scenarios des Prochains Jours

La version en Englais ici: https://assodesire.com/2017/01/17/political-crisis-in-the-gambia-scenarios-of-the-next-days/

Le 19 Janvier prochain le mandat présidentiel de Yahya Jammeh devrait prendre fin après sa défaite électorale qu’il a d’abord reconnue officiellement avant de changer d’avis quelques jours après. L’homme qui a pris le pouvoir par la force il y a 23 ans persiste dans son refus de transmettre le pouvoir à son rival Adama Barrow, vainqueur, présentement en “exile” au Sénégal. Jammey compte certainement sur son armée et surtout sur les nouveaux Généraux qu’il vient de fabriquer dans la précipitation… il compte peut-être aussi sur ses pouvoirs “magiques”.

Adama Barrow a maintenant le soutien de la communauté international y compris l’Union Africaine,  l’ONU et un nombre important de partenaires occidentaux.

La CEDEAO est déterminée à faire du cas Jammeh un précédent historique qui donnerait un signal fort  à L’Afrique que rien ne sera plus comme avant dans la région. Elle est soutenue par l’Union Africaine dans sa ligne dure: “Yahya doit quitter le pouvoir ou on le chasse par la force”.

Tout porte à croire que le dialogue préalable, amorcé par la CEDEAO n’a pas de chance d’aboutir avant le 19 Janvier 2017 date à laquelle  Jammey devra perdre la légitimité de son pouvoir.

Aux dernières nouvelles, le Maroc  a envoyé une mission de la dernière chance à Banjul pour convaincre Jammeh de quitter le pays.

Je vous propose quelques scénarios pour les prochains jours:

Scenario 1: Yahya Jammey Persiste…Au 19 Janvier, Yahya Jammey reste au pouvoir en Gambie et empêche la prestation de serment d’Adama Barrow défiant la CEDEAO. Soit Il s’appuie sur l’armée pour se maintenir au pouvoir, soit  l’armée reprend le pouvoir à la faveur de la vacance du pouvoir et le re-confie à son chef, Yahya Jammey. La purge continue dans l’armée et au sein de la classe politique, des medias des défenseurs des droits de l’homme et même dans la population civile.

La CEDEAO intervient militairement avec l’accord du Conseil de Sécurité des Nations Unies (Ceci n’est pas garanti eu égard à la tension politique et idéologique entre les membres permanents du Conseil) et le soutien politique de l’Union Africaine mais à cause du manque de moyens sophistiqués, l’intervention prend du temps pour se concrétiser et se réaliser.  Il y a beaucoup de pertes de vie humaines des deux côtés, des règlements de comptes ont lieu dans l’armée, dans la population civile et dans la classe politique. Dans sa méchanceté Jammeh ordonne l’exécution de ceux qui ne le soutiennent pas. C’est le plus grand risque lié à l’intervention militaire.

Yahya Jammeh réussi à s’enfuir ou est arrêté pour être jugé. Malgré  sa  résistance l’armée gambienne fini par capituler. Adama Barrow est installé au pouvoir mais on compte beaucoup de mort. Une victoire amère…

Scenario 2: L’armée gambienne lâche Jammeh: A l’instar de certains membres du gouvernement, l’armée gambienne lâche Jammeh en dernière minute et fait allégeance à   Adama Barrow. Il y a moins de dégâts… C’est le scénario que je souhaite le plus...  Un coup d’état contre Jammeh n’est pas à exclure non plus.

Scenario 3: Adama Barrow  prête serment dans une ambassade gambienne à l’extérieur du pays…, Il devient donc le Chef d’Etat légitime et a le pouvoir de solliciter l’intervention militaire de la CEDEAO sans passer par le Conseil de Sécurité… On a la même suite qu’au scénario 1…

Scenario 4: Yahya Jammey quitte le pays le 19 Janvier ou avant pour une destination connue ou inconnue…Adama Barrow, soutenu par la CEDEAO prête serment en Gambie et s’installe au pouvoir. Il y a toujours un risque sérieux de règlement de comptes et de chasse aux sorcières au sein de la population et de l’armée. Barrow doit jouer rapidement au rassembleur et menacer de juger ceux qui seront coupable d’attaques sur leurs concitoyens. Un grand pas est marqué vers la démocratie. La CEDEAO prend d’avantage d’autorité et de légitimité. On cherche Jammeh pour le juger…

Lequel des scenarios est le plus probable ?… Jugez-en vous-même et faite moi part de votre opinion sur mon blog.

Why is Africa’s Civil Society under Siege?

After years on the margins of the mainstream development agenda, addressing civic space is finally getting the attention it deserves. If the number of policy initiatives, conferences and campaigns is any indication, creating the conditions for democratic participation, citizen activism and effective civil society organisations (CSOs) is again a priority of several donors and agencies.
In large part the renewed emphasis on civic space reflects a worsening situation on the ground, especially across the African continent… Read here: ‪ http://oxfamblogs.org/fp2p/why-is-africas-civil-society-under-siege/#.WFJTocPTjhI.twitter‬  

Le «Retour» du Maroc à l’Union Africaine: Une Opportunité ou un Challenge?

Le Royaume du Maroc a présenté officiellement une demande d’adhésion à l’Acte Constitutif de l’Union Africaine pour «redevenir» membre de l’Union. La demande a également été remise au Président de la Commission de l’UA,  Dr Dlamini-Zuma par le conseiller du Roi Mohammed VI aux Affaires étrangères, Taieb Fassi Fihri, le 22 Septembre 2016, lors d’une réunion tenue en marge de la 71e session de l’Assemblée Générale des Nations Unies à New York.

S’il est géré de bonne foi et en respectant les principes de base de l’Union Africaine, le retour du Maroc à l’Union Africaine pourrait avoir de nombreuses répercussions positives pour l’UA et potentiellement faciliter la résolution du conflit du Sahara Occidental. Dans le cas contraire, cette évolution comporte tous les risques de dangereusement diviser l’Union Africaine.

J’aimerais partager ici mes opinions personnelles sur certaines des implications de ce «retour». Voir la version en Anglais de l’article ici: http://wp.me/p4ywYV-bh

En juin et juillet 2016, le Maroc a entrepris une campagne diplomatique en prélude au Sommet de l’Union Africaine. Des émissaires marocains ont visité le Sénégal, la Côte-d’Ivoire, la Zambie, le Cameroun, l’Ethiopie, l’Egypte, le Soudan, le Kenya et la Tunisie. Quelques jours avant le Sommet, le Président Paul Kagame du Rwanda, pays hôte du Sommet a eu une visite de deux jours au Maroc et a été décoré avec la plus haute distinction d’honneur du Maroc. De même, la Zambie a envoyé son ministre des Affaires étrangères à Casablanca où il a annoncé la décision de son pays d’annuler la reconnaissance de la  République Arabe Sahraouie Démocratique.

Au cours du Sommet de l’UA à Kigali, le Roi du Maroc a envoyé une lettre officielle au Président de l’Assemblée de l’Union Africaine indiquant que le Maroc souhaiterait revenir à l’UA. Le Président en exercice de l’UA, le  Tchadien Idriss Deby aurait refusé d’inscrire  ladite lettre à l’ordre du jour du Sommet. Au cours de la deuxième journée du Sommet, les délégués ont vu circulée une motion demandant la suspension de la République Arabe Sahraouie Démocratique de l’UA. La motion, qui aurait été approuvée par 28 États a été catalysée par le Président du Gabon Ali Bongo avec le soutien d’autres alliés tels que le président Macky Sall du Sénégal. La motion n’a cependant pas pu être présentée.

L’entrée du Maroc à l’Union Africaine Pourrait être Positif

Le Maroc, membre fondateur de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) avait claquée la porte y a 32 ans suite à  l’admission de la RASD comme Etat membre de l’Union. Au cours des années 2000s, l’OUA a été transformée pour devenir l’Union Africaine avec un nouveau traité ; l’Acte Constitutif de l’Union et des objectifs renforcés. Sur le plan juridique, l’UA donc est une nouvelle organisation et tous ses 54 membres actuels ont souscris à ses visions et principes fondamentaux en ratifiant le nouvel Acte Constitutif. Pour le Maroc il s’agira donc d’une adhesion, pas d’un retour…

Je n’ai pas vu le contenu de la requête du Maroc mais une telle demande implique  forcement l’acceptation sans réserve par le Maroc des principes de base de l’organisation. Le Maroc devra alors cohabiter avec tous les membres de l’UA, y compris la RASD. Ceci ouvrerait aussi la porte à une résolution pacifique et acceptable du conflit du Sahara Occidental. L’UA pourra alors regagner de l’influence pour faciliter le processus.

Des Avantages en Matière de Paix et de Sécurité : L’entrée de Maroc dans l’Union Africaine pourra augmenter les chances d’une solution africaine aux crises dans la région du Maghreb, le Maroc étant un acteur majeur en matière de sécurité en Afrique du Nord et un leader dans la lutte contre l’extrémisme et le sécularisme islamique. L’Union du Maghreb Arabe (UMA) a été la Communauté Economique Régionale la moins fonctionnelle. L’engagement du Maroc ou de l’UMA dans les opérations de soutien à  la paix  de la Force africaine en attente pourrait augmenter sa capacité de façon significative. La lutte contre le terrorisme a été l’un des défis les plus importants pour lesquels le Maroc pourra être un allié sérieux  s’il devient membre de l’Union.

Un Gain Economique Majeur: la réussite économique du Maroc serait un sérieux atout pour le programme d’intégration économique de l’Union africaine et des programmes spécifiques tels que l’Agenda 2063.

Une avancée Historique: Le retour à L’Union Africaine d’un Etat clé de l’histoire du panafricanisme projetterait une image positive du continent.

pic-blog2

Un Retour «Forcé» du Maroc Pourrait Dangereusement Diviser l’Union Africaine

Dans une récente interview, le Président Macky Sall du Sénégal soutenant le retour du Maroc a déclaré: «Le Maroc a décidé de revenir et a demandé que la légalité constitutionnelle internationale soit respectée, conformément aux principes de l’ONU où le Sahara Occidental n’est pas représenté comme Etat indépendant ”, se référant ainsi à la récente tentative avortée de 28 pays pour suspendre la République Arabe Sahraouie Démocratique de l’UA par une motion. Le Président Hery Rajaonarimampianina de Madagascar a également  salué la décision du Maroc et a promis de tout faire pour que ce retour légitime se concretise dès le plus vite possible.

Le Maroc multiplie des actions en faveurs des Etats membres de l’Union à travers la création et le renforcement de liens diplomatiques et économiques. Le Maroc élargis son cercle traditionnel d’amis (Afrique de l’Ouest) à d’autres régions du continent notamment avec le renforcement récent des relations diplomatiques avec le Rwanda,  l’Ouganda et la Zambie. L’élargissement de ce cercle constitue à n’en pas douter une menace réelle  pour la RASD. L’Union Africaine prend normalement ses décisions par consensus mais il est peu probable d’avoir ce consensus sur la question de maintenir la  RASD ou non au sein de l’Union Africaine. Même une majorité simple sera difficile à obtenir dans la configuration actuelle.  D’ailleurs, il n’existe aujourd’hui aucun mécanisme permettant d’expulser un Etat  membre de l’Union Africaine en dehors du cas de suspension pour non-paiement de cotisations ou en cas de coup d’Etat.

Les Etats super-influents comme l’Afrique du Sud, l’Algérie et le Nigeria sont loin de laisser passer une motion d’expulsion ou de suspension de la  RASD  de l’Union Africaine. Même au pire des cas, une action dans ce sens remettra en cause le sacro-saint principe du droit à l’autodétermination, un des principes fondateurs de l’OUA. L’Union Africaine en sortirait profondément affaiblie et devisée.

Le Maroc pourrait également utiliser une stratégie différente qui serait de faire entrée soft dans l’Union Africaine en acceptant la position actuelle de l’organisation sur le Sahara Occidental, mais continuer la bataille contre la RASD au sein de l’Union avec le soutien des alliés. Cela me semble être le scénario le plus probable mais aussi le plus facile pour intégrer  l’Union … Mais le Maroc et ses alliés réussiront- ils à bouter la SADR dehors? Telle est la question…

Il est important de souligner ici que l’Afrique a beaucoup plus a gagner d’un règlement pacifique du conflit Sahraoui sur la base des principes fondateurs de l’Union Africaine, des droits fondamentaux de l’homme et du droit international.